ACCUEIL

Ce site propose une cotation boursière répondant strictement aux principes juridiques. En effet, l'information boursière actuelle est erronée et non adaptée aux épargnants et investisseurs non avertis

LE SEUL OBJET DE LA PUBLICATION DE CERTAINS ARTICLES ETANT DE PRENDRE DATE POUR PROUVER MES DIRES ET ANTICIPATIONS, ILS NE RESTENT EN LIGNE QUE LE JOUR DE LEUR PUBLICATION. EN EFFET, IL N'Y A AUCUN INTERET À METTRE ÉVENTUELLEMENT EN DIFFICULTÉ QUI QUE CE SOIT.

CE SITE EST UN SITE CONSTRUCTIF QUI A POUR VOCATION DE PRÔNER DES SOLUTIONS PRAGMATIQUES ADAPTEES AUX INCOHERENCES ET AUX ERREMENTS FINANCIERS ACTUELS.

3/05/2019 Preuve par 9 de l'intérêt de l'information boursière humainement responsable

Le 3 mai 2019 Boursorama publie un article que je qualifie aisément de destructeur sur la société GENKYOTEX. A quand la fin des articles type commentaire PMU ? Cet article fait mention d’une perte de -15,43% en un jour. En réalité, seuls 96 308 titres ont été échangés à différents cours sur un flottant (nombre de titres disponibles à l'achat/vente) de 4 302 031 titres, soit un échange de 2,23% . Encore un exemple des errements de l'information boursière et des dégâts de la seule information boursière non maîtrisée des valorisations mark-to-market. En réalité, cette "perte" devient, avec l’Information Humainement Responsable, qui intègre la faiblesse des volumes échangés, une perte de - 0,34%. Voir https://www.boursorama.com/bourse/actualites/genkyotex-trebuche-dans-la-derniere-ligne-droite-f814e344d014c57a1f45f33968a208af  Après lecture de l'article paru dans Boursorama, avouez que cet article aurait pu avoir une toute autre rédaction en vantant la résilience du titre augurant un sentiment de confiance des investisseurs et institutionnels dans une équipe de professionnels reconnus etc …



CE SITE A FAIT L'OBJET D'UNE INFORMATION TOTALE AUPRES DE L'AUTORITE DES MARCHES FINANCIERS FRANCAISE.

MONSIEUR JOUYET A REPONDU ETRE "PARTICULIEREMENT INTERESSE" EN DATE DU 24 08 11. Voir courrier de réponse

ET LA REPONSE DE SON SUCCESSEUR MONSIEUR RAMEIX, VIA MONSIEUR FRANCOIS DENIS DU PEAGE, QUI ECRIT "OPPORTUN" EN DATE DU 16 09 13. Voir courrier de réponse

29 09 16 AMF : COURRIER AU PRESIDENT DE L'AMF 

Le site « Agence de cotations Information Humainement Responsable » propose 

Une lecture différente de la variation des cours de bourse afin d'apporter une plus grande sérénité aux investisseurs.

Ce site est destiné à fournir une information dans le cadre d'une réflexion non officielle sur la variation du cours des actions . La Variation Humainement Responsable* ne saurait en aucun cas se substituer à la variation officielle fournie par Euronext NYSE, SIX Swiss exchange, ABC Bourse, Boursorama et autres sites d'informations disponibles par tous sur internet.

*La Variation Humainement Responsable, a contrario de la Variation Spéculative du Jour (ex : CAC 40 VSJ©), n’extrapole pas la hausse ou la baisse boursière réalisée par un petit nombre à tout les porteurs de titres ou parts mais divise le gain ou la perte du jour sur l’ensemble des porteurs de parts en parfait respect du principe juridique "d'Egalite des porteurs de parts"

L'extrapolation actuelle d'un cours réalisé lors d’un échange boursier de peu d'actions à une heure précise à toutes les actions, qui est à la base de la volatilité (fortes hausses et fortes baisses à la base des krachs boursiers répétitifs) des marchés, relève juridiquement de la perte de chance, de l'abus de confiance et de l'escroquerie des épargnants.

Est-ce parce que quelques Français ont gagné ou perdu au Loto que l’on dit au reste de la France qu’elle est plus riche ou plus pauvre ? En bourse , c’est le cas.

Pour en comprendre l'origine :

Article paru le 26 05 18 Fonds commun de placement action, simple chaîne de Ponzi ? (2 minutes de lecture)

ECORAMA 11/03/19 : "La vulnérabilité de notre système financier est considérable, nous sommes dans une situation pire que 2008 !", selon Jean-Claude Trichet

A votre avis, qui est le seul prix Nobel d'économie français INDEPENDANT qui a écrit cela en 2010 :

"Mais ce qui manque est la volonté. Les gouvernements n’écoutent que les conseillers qui sont trop proches des milieux financiers ou économiques en place. On ne cherche pas à s’adresser à des experts plus indépendants. […] Les mathématiques ont pris au fil du temps une place excessive, particulièrement dans leurs applications financières. Il ne faut pas imaginer que ceci a toujours existé. […] Mais par la suite, des économistes ont détourné ces apports, qui sont devenus des instruments pour imposer une analyse, mais sans chercher à la confronter à la réalité. De même, l’utilisation de certains modèles a causé des torts importants à Wall Street. Je rappelle d’ailleurs avoir de longue date demandé une révision de ces comportements, et par exemple l’interdiction des programmes informatiques automatiques qui sont utilisés par les financiers pour spéculer en Bourse." Réponse : ICI 

POUR LA FRANCE

22 05 19 CAC 40 "faussé" à plus de 99,34

Pour les professionnels et les hommes politiques :

22 05 19 FONDS DE STABILISATION BOURSIER CAC 40

LA MISE A JOUR DES FONDS DE STABILISATION REGIONAUX EST OPERATIONNELLE POUR 19H15 SAUF EXCEPTION

22 05 19 FONDS DE STABILISATION BOURSIER REGIONAL RHONE-ALPES 

22 05 19 FONDS DE STABILISATION BOURSIER REGIONAL SUD-OUEST

POUR LA BELGIQUE 

 22 05 19 BEL 20 "faussé" à plus de 99,20% ?

 Pour les professionnels et les hommes politiques :   22 05 19 FONDS DE STABILISATION BOURSIER BEL 20

ET LA SUISSE

22 05 19 SMI PR "faussé" à plus de 99,38% ?

Pour les professionnels et les hommes politiques :  22 05 19 FONDS DE STABILISATION BOURSIER SMI PR

Dans Trends (presse Belge) du 25 avril 2019

Mariana Mazzucato qui conseille les gouvernements, les politiques et les CEO sur l'innovation économique et l'entrepreneuriat durable et donne des conférences et enseigne l'économie à l'Université de Londres. Question : Selon vous, les banquiers, les investisseurs en capital-risque et les gestionnaires de patrimoine se préoccupent davantage de l'extraction de valeur que de la création de valeur ? Réponse : Ils appartiennent souvent à ce qu'on appelle les "pilleurs". Ils ne produisent presque rien et pourtant ils se récompensent par des commissions généreuses, même si les conseils donnés à leurs clients tournent mal. Et en plus ils s'en sortent indemnes.  Nous n'avons tiré aucun enseignement de la crise du crédit, met en garde l'économiste de renom Mariana Mazzucato. Les banques accordent à nouveau des prêts hypothécaires élevés à des gens qui ont un revenu trop faible, et de nombreux investisseurs en capital-risque et gestionnaires d'actifs continuent de piller. "De nombreux pays risquent un effondrement économique."  La crise de crédit ne nous a-t-elle rien appris ? Non, rien du tout. En 2018, on a préparé encore un peu plus la prochaine crise. De nombreux pays sont menacés par un effondrement économique. De nombreuses statistiques montrent des chiffres inquiétants. Le ratio de la dette privée par rapport au revenu disponible est revenu au niveau d'avant la crise financière de 2008. Aux États-Unis, les prêts aux ménages et aux entreprises qu'ils ne sont pas en mesure de les supporter battent à nouveau leur plein. Les banques accordent à nouveau des prêts hypothécaires élevés à des personnes au revenu trop faible pour les rembourser. Il n'y a pas non plus d'impôt sur les transactions financières, qui récompensent le financement à court terme plutôt que le financement à long terme. De nombreux bénéfices des entreprises industrielles ne sont pas réinvestis dans les entreprises, mais dans le rachat d'actions afin d'augmenter artificiellement le cours des actions et des options. Ces dernières années, les ménages n'ont eu d'autre choix que de contracter de plus en plus de prêts pour maintenir leur niveau de vie. Tout cela forme un cocktail particulièrement explosif.

Pour rappel : Extraits des propos écrits par Maître Philippe Glaser dans "La Lettre du CGP" du 2ème trimestre 2019 Un Conseil en Investissements Financiers sanctionné pour des manquements à ses obligations professionnelles Décision de la Commission des sanctions de l’AMF du 24 janvier 2019 - Procédure n°17-15 La Commission des sanctions de l’Autorité des marchés financiers a prononcé une sanction pécuniaire de 250.000 euros à l’encontre d’une société pour notamment les manquements suivants à ses obligations professionnelles attachées à son statut de conseiller en investissements financiers : Absence d’information suffisante sur les risques attachés aux produits et communication d’informations ne présentant pas un contenu exact, clair et non trompeur.

Précision : Ces deux griefs sont présents dans quasiment 100% des ventes de fonds communs de placement. Ce délit volontaire, aucun Conseil en Investissement Financier, courtiers ou Conseils en Gestion de Patrimoine ne peut le nier. Bien évidemment, ce délit est totalement absent lorsque le professionnel fait acte de comportement professionnel humainement responsable. Quid des titres à la Une de la presse quotidienne et juridique lors de la prochaine crise ?

NOUVEAUX ARTICLES PARUS DANS L'AGEFI SUISSE

Dernier article paru le 12 02 19 :  De l'opportunité d'habilité financière

Article paru le 23 01 19 :  Indices boursiers : oui, mais...

22 06 18 : De l'obligation de résonance financière ?

06 04 18 : Médias : le monde financier à l'envers

ARTICLE PARU DANS ECONOMIE MATIN

Article paru le 26 05 18 Fonds commun de placement action, simple chaîne de Ponzi ?

D'autres articles : ICI

Pour comprendre :

- L'origine des dysfonctionnements actuels voir vidéos et écrits sur www.socioecopofi.com

- Réflexions : Du respect du droit à l'Information Juridiquement Opérationnelle (IJO) ©

Pour plus d'explications, voir le bandeau à gauche pour les choix possibles en fonction de vos recherches

Les investisseurs commencent à se détourner des marchés et les chocs boursiers se multiplient. La place prise par les transactions algorithmiques y serait-elle pour quelque chose ?

C'est sur cette volatilité fabriquée par le choix de normes comptables inadéquates que les marchés dérivés spéculatifs trouvent leur terrain de jeux et de destruction SOCIOECOPOFI (SOCIOlogique, ECOnomique, POlitique et FInancière)

Marchés dérivés qui trop souvent, sont utilisés pour détourner les capitaux de l'économie réelle, celle qui crée des emplois, vers l'économie virtuelle, celle qui, in fine, paupérise les épargnants et les Etats.

A quand, une double information boursière ? Celle de la variation de la spéculation du jour basée sur le principe comptable du market to market (prix du marché) pour les opérations achats/ventes réalisées et une autre plus logique appelée Information Humainement Responsable calculée selon le market to model ( prix de spéculation pondéré par la faiblesse des volumes) pour les autres porteurs de parts. Utiliser le prix de la spéculation du jour comme outil de valorisation pour tous les titres relève de la destruction SOCIOECOPOFI (SOCIOlogie, ECOnomie, POlitique, FInance ).

Et pourtant 

Les normes IAS et IFRS ont été mises en place après le scandale Enron (années 2000). Leur principe est de passer de la « valeur historique » (coût historique) à la « juste valeur ». Si la « juste valeur », étant issue d’une extrapolation de la valeur de marché issue d’un échange de faible volume à tous les titres, porte en elle les stigmates de la crise de 2007, pour l’instant elle est toujours en vigueur. Au lieu de la modifier en faveur d’un système moins instable, mais aussi moins « productif » pour ses promoteurs, il a été choisi de mettre en place des gardes fous financiers destructeurs d’économie en prévision de futures crises. Inutile de dire qu’en cas de crise systémique, ces gardes fous ne serviraient à rien. En Bourse , les normes IAS 39 offrent trois possibilités (options) comptables : 1) Le Mark-to-Market lorsqu’il existe un marché actif. Vu la faiblesse des volumes échangés en Bourse , il est plus que permis de remettre en cause cette option dans le domaine Boursier. Et pourtant, c’est bien cette option, en violation totale du principe d’égalité des porteurs de parts, qui est choisie et certifiée. En synthèse, les performances réalisées par une très faible minorité de porteurs de parts peuvent être extrapolées à tous les porteurs de parts. Ce faisant, ces performances fictives pour tous les porteurs de parts sont à la base de la création de la volatilité des marchés financiers , des marchés dérivés et des dérives des marchés dérivés. Eh oui ! Imaginez vous que la valorisation quotidienne de votre patrimoine dépend du chiffre qu’ont gagné ou perdu les spéculateurs boursiers à 17h30. Quelle variation de valorisation quotidienne ! Quelle volatilité ! Comme l'indique les textes de loi repris ci-dessous, cette situation relève juridiquement de la perte de chance, de l'abus de confiance et de l'escroquerie.  Nous ne parlerons pas des déstabilisations étatiques. 2) Deuxième option : En l’absence de marché actif , on peut valoriser en observant la valeur des actifs similaires. Pensez-vous qu’une valeur issue d’un échange de faible volume, soit une valeur d’un actif similaire ? Pensez-vous que l’on puisse considérer que vous avez gagné (ou perdu) le même montant que les joueurs qui ont gagné au casino à 17h30 ? 3) Troisième option : Le Mark-to-Model. Dans cette option, le prix peut être obtenu par des techniques de valorisation interne. A la place d’extrapoler à tous les porteurs de parts les gains ou les pertes réalisés par une très faible minorité, pourquoi ne pas prendre comme base de valorisation comptable la répartition de la valeur des gains ou pertes des spéculateurs à tous les porteurs de parts ? Ne serait-ce pas moins déstabilisateur que le système actuel ? Ne serait-ce pas plus logique en terme juridique ? Ne serait-ce pas plus honnête ?

Ce site, s'il n’est pas un site officiel tant dans sa constitution que dans sa démarche est le seul qui respecte les lois et l'intérêt des épargnants .
Malheureusement, les variations de cotations proposées ne sont en AUCUN CAS des variations de cotations officielles.

Derniers rappels : Le cours de bourse n’a d’importance que pour les « petits » porteurs qui ne suivent pas la masse pour passer leurs ordres boursiers ainsi que pour les investisseurs qui ont effectivement acheté ou vendu leurs titres. Les évaluations des FCP et SICAV sont fausses car irréalisables pour l’ensemble des porteurs de parts. Souvenez-vous du Loto, ce n’est pas parce que 0,1% des Français ont gagné que l’on dit aux autres qu’ils ont tous gagnés. Les comparatifs de SICAV et FCP (tels qu’ils sont aujourd’hui) ne sont, bien souvent, que des outils de vente fallacieux.

Très bonne navigation sur le site Agence de cotation IHR (Information Humainement Responsable).

Et si le calcul de l'ISF était faux ? Et si vous pouviez le remettre en cause ?

Cette question mérite d'être posée et approfondie par les juristes et les professionnels car comment taxer un patrimoine qui n'existe pas et qui ne peut exister dans sa valorisation financière et fiscale actuelle ? Comment prendre comme référence patrimoniale des cours de bourse alors que ces derniers ne sont pas réalisables par l'ensemble des personnes taxées .
Mieux, si l'ensemble (ou même une minorité) des personnes taxées voulait vendre les titres, cela se traduirait mécaniquement par une baisse plus que significative (krach) de la valeur des titres boursiers.
La seule base correcte pour une estimation ne serait-elle pas dans l'utilisation du cours VHR ?

Financièrement vôtre

Christian PIRE

Textes de loi cliquez ici

Articles de presse sur ce thème cliquez ici

Approche juridique non exhaustive : Du respect du droit à l'information juridiquement opérationnelle cliquez ici

 

7° Il est établi dans un format commun, permettant des comparaisons avec d'autres OPCVM .

  8° Il est présenté de telle manière qu'il puisse être compris par les clients non professionnels.