19 02 19 Lettre aux épargnants

Ce site propose une cotation boursière répondant strictement aux principes juridiques. En effet, l'information boursière actuelle est erronée et non adaptée aux épargnants et investisseurs non avertis

Ecrit envoyé à titre d'information personnelle et non professionnelle à mon relationnel le 16 février 2019 et mis en ligne le 19 février 2019

Madame, Monsieur,

Je pense que nous sommes dans une situation qui peut s'apparenter aux prémices de la dernière crise.

Début 2007, j'écrivais qu'il fallait vendre (voir ci-dessous) alors que quantité de commerciaux faisaient acheter.

Certes, si pendant quelques mois les marchés m'ont apparemment donné tort, ils se sont ensuite effondrés en un krach généralisé.

Si j'écris "apparemment", c'est parce que l'information des hausses des indices de marché (CAC 40 et autres) est avant tout une information comptable n'ayant que très peu de crédibilités financières réelles. En réalité et dans la majorité des cas, lorsqu'il y a une crise boursière, c'est le mensonge qui apparaît Voir : 26 05 18 : Fonds commun de placement action, simple chaîne de Ponzi ?

Des "politiques" qui annoncent la crise et des financiers qui attendent plusieurs mois avant de réagir la crise venue, l'histoire se répèterait-elle aujourd'hui ?

En réalité, on dirait que les financiers ont pris l'habitude ne plus réagir et de sortir le "on ne pouvait pas savoir" ou "nous nous sommes tous fait avoir" etc ... comme excuse fourre-tout le moment venu.

Si les crises sont annoncées, car prévisibles, l'inconnue reste : quel sera l'élément déclencheur ? Paradoxalement, le moment de l'usure professionnelle et/ou médiatique venu, l'élément déclencheur sera très souvent un événement anodin. Evénement anodin qui servira de pretexte à une action de ventes mimétiques qui sera amplifiée par les dégâts des valorisations comptables mark-to-market.

Dès lors, la mer des normes comptables mark-to-market se retirant, il ne restera que la réalité et les conséquences des inexactitudes comptables et financières.  

Qu'en pensez-vous ? 

En ce qui me concerne, je sors.

Souvenez-vous :

- Janvier 2007 (CAC à 5638), « Je vous propose de prendre, au minimum, vos bénéfices. Pour les plus dynamiques (dont je suis), je vous propose d’alléger considérablement votre exposition action (en clair, vendre une grande partie de votre portefeuille boursier) et attendre la phase de crainte (ou de peur) à venir qui provoquera une forte baisse. »

- Février 2007, je pose la question de la crédibilité des comparatifs de performances qui comparent des OPCVM qui ne sont pas évalués aux mêmes dates et qui oublient « la liquidité ».

- Mars 2007 (CAC à 5458), « Est-ce le moment de revenir sur les marchés ? En ce qui me concerne, je pense que c’est trop tôt. N’oubliez pas qu’en bourse, c’est le savoir vendre qui vous évite le cercle infernal d’être riche quand tout va bien et pauvre quand tout va mal. »

- Avril 2007 (CAC à 5858), « Les hausses de marché dus à des raisonnements moutonniers non réalisés par une vente ne sont qu’une image éphémère d’un mode de pensée court terme. C’est la situation actuelle. Prudence. »

- Mai 2007 (CAC à 6012), « Le seul problème est que les risques induits par les comportements moutonniers des marchés financiers sont toujours réels, d’une date et d’une ampleur imprévisible. Lorsqu’un marché monte de quelques pourcents alors qu’il n’y a que quelques titres d’échanger, il baissera de plusieurs dizaines de pourcents lorsque le marché sera à la baisse. Même si la baisse ne se fait qu’en septembre, je vous conseille d’attendre et de laisser passer le mirage afin de réinvestir à des cours normaux. »

- Septembre 2007, « Les marchés après avoir baissé du fait de la crainte qu’il n’y ait pas injection de capitaux par les banques centrales (ou par le biais d’une baisse des taux), se sont repris. Cette reprise est totalement décorrélée de la situation économique. »

- Novembre 2007 : « Je continue, pour l’instant, de vous conseiller de rester absent des marchés. Savoir acheter, c’est bien ; Savoir être absent des marchés apporte sécurité et sérénité ; Savoir vendre, c’est mieux et surtout primordial ; Savoir faire les trois, c’est très rare. »

Excellente journée

Christian PIRE

PS : Ecrit envoyé le le 16 février 2019 à titre d'information personnelle et non professionnelle à mon relationnel et  mis en ligne le 19 février 2019